Faire pousser des arbres tout en assurant le couvert et les ressources alimentaires de grand gibier, et en organisant les activités de chasse, c’est possible ! MAIS pas avec des animaux en surnombre…

 

C’est le principe défendu par les intervenants de la journée organisée par PEFC Nord Picardie le 13 octobre dernier à Pierrefonds pour informer les propriétaires forestiers. Objectif : faire prendre conscience aux propriétaires qu’il faut agir de façon concertée avec les chasseurs afin de pouvoir conserver des populations de cervidés et/ou de sangliers tout en assurant la production de bois d’œuvre. La gestion durable doit préserver la biodiversité tout en garantissant la valeur des patrimoines forestiers public et privé. Il est de la responsabilité des chasseurs et des forestiers d’œuvrer dans ce sens. Bernard Collin, président des Lieutenants de Louveterie de France, a conclu en ce sens « Dans le couple infernal forestier/chasseur aux intérêts parfois divergents, tout est question de bonne volonté ! »

20171013 12333720171013 141003 

La visite l'après-midi en forêt domaniale de Compiègne a fait la démonstration des dégâts irrémédiables que le gibier peut causer. Face à ce constat, le Président de PEFC Nord Picardie, Denis HARLE d’OPHOVE, a conclu en rappelant qu’il faut privilégier « l’habitat » et non « l’habitant ». Un bois décimé par les cerfs mettra des décennies à se renouveler tandis qu’une population de cerfs mettra seulement quelques années à se reconstruire . Le consensus est unanime : l'équilibre ne peut pas être atteint, sans une maîtrise rigoureuse des populations.

IMG 20171013 155949

Retrouvez les présentations des intervenants lors de cette journée :

Partager