Visite Cattelot 21092020Lundi 21 septembre 2020, l’Office national des forêts, en présence d’Anne-Laure Cattelot, a annoncé une série de mesures au service de la forêt de Mormal.

 

Après un mot d’accueil de M. Bonnin, maire de Locquignol, et de Guislain Cambier, président de la Communauté de communes, Anne-Laure Cattelot a présenté le rapport sur la forêt et la filière bois qu’elle a remis à Julien Denormandie, Ministre de l'Agriculture et de l'alimentation et Bérangère Abba, Secrétaire d'État chargée de la Biodiversité. La députée, très inquiète de la sécheresse qui affecte les forêts françaises, a reconnu que la forêt est « un sujet méconnu, qui attise les passions parce qu’il nous plonge dans une économie de la nature, qu’il faut gérer de manière durable pour les générations futures ».

Eric Goulouzelle, directeur territorial Seine-Nord de l’ONF, est intervenu également pour rappeler que dans un contexte d’urgence climatique, et alors que sécheresses, canicules et ravageurs menacent de dépérissement près de 8 millions d’arbres dans la seule région des Hauts-de-France, il va falloir trouver des solutions pour aider la forêt à s’adapter : « la nature ne répondra pas seule aux enjeux de demain. Cela va demander beaucoup d’humilité, y compris de la part des forestiers ».

 

Anticiper la forêt de demain

En forêt de Mormal, les arbres ne connaissent pas encore les dépérissements que l’on voit à Boulogne, dans le Grand-Est, ou en forêt de Fontainebleau. Mais il faut anticiper, et, bien que le plan d’aménagement de la forêt prend déjà en compte l’évolution du climat, il faut aller encore plus loin face à ce qui se passe sur les autres territoires. Selon Eric Goulouzelle, « la forêt de demain ne sera pas la forêt que vous connaissez aujourd’hui ». Tout en remerciant les équipes du travail qu’elles ont commencé à faire sur le terrain pour introduire des essences plus résistantes à la sécheresse, il a précisé qu’il faudra créer une forêt encore plus résiliente : « nous souhaitons travailler sur une forêt de 2e génération, dans un contexte climatique où la diversité est la clé de la pérennité ».

Ainsi, L’ONF proposera, lors d’une période de concertation, de travailler Mormal comme une « forêt mosaïque ». L’enjeu est de renforcer la diversification des essences et d’adapter les modes de renouvellement de l’espace forestier, en multipliant les zones d’intervention et en les travaillant de façon plus imbriquée qu’auparavant. « Face aux incertitudes liées au changement climatique », ajoute Eric Marquette, directeur de l’agence Nord et Pas-de-Calais, « nous devons par humilité mélanger les techniques et maximiser le nombre de solutions mises en place au service de la forêt. »

 

Tous ensemble 

Depuis plusieurs années, des comités de forêts réunissent élus et associations sur des thèmes liés à la forêt de Mormal. L’ONF propose d’ouvrir plus largement ces moments et de créer un espace de partage et de concertation avec les usagers de la forêt qui souhaitent participer et s’investir, dès le printemps 2021. Eric Marquette  a détaillé quelques mesures envisagées : installation d’un réseau de placettes permanentes (300 lieux de relevés de mesures), inventaire des peuplements, diversification des essences, utilisation de plants en provenance du sud de la France… 

« Nous mobiliserons du temps et des moyens pour animer cette concertation inédite à Mormal mais dont je suis sûr qu’elle sera aussi riche et profitable que celles que nous avons déjà menées da ns d’autres massifs tels que Fontainebleau ou les forêts de Rouen. » Eric Goulouzelle.

 

> Téléchargez le communiqué de presse de l'ONF.

 

Partager