De Laigue à Chantilly en passant par Compiègne, les forêts feuillues sur sable du sud de l’Oise subissent une crise sanitaire sans précédent. Sur 35 000 hectares de forêts publiques, 10 000 dépérissent. L'Office national des forêts (ONF) et ses partenaires agissent.

 

deperissement hetre 2019 M Roussel 450

Dépérissement de hêtres en forêt de Compiègne. - ©Marine Roussel / ONF

 

Sur le massif de Compiègne-Laigue (Oise), les peuplements adultes dépérissent, fragilisés par leur âge ou par les tempêtes, et surtout par le manque d’eau lié aux sécheresses répétées. Ce phénomène est d’autant plus accru que les sols sableux ne retiennent pas l’eau, contrairement aux sols argileux.

 

Les jeunes pousses, semis et plants, sont dévorés par les larves de hannetons au niveau des racines sur 2/3 de leur surface à des densités variables. Les grands herbivores consomment aussi leurs bourgeons et des feuilles, compromettant ainsi la dynamique de renouvellement. Une accélération des dépérissements depuis 2015, d’importants échecs de régénération et la découverte de l’omniprésence du hanneton ont conduit l’ONF à déclencher une crise sanitaire.

 

Face à cette situation sanitaire sans précédent, et après une phase de diagnostic approfondie lancée en 2017, les forestiers de l'ONF sont à pied d’œuvre avec de nombreux partenaires techniques, scientifiques et associatifs pour imaginer les nouvelles solutions et préparer la forêt de demain. 

 

Pour en savoir plus :

 

 

Partager