La filière régionale et ses acteurs

La filière forêt bois régionale : un faible taux de boisement, des essences de qualité

Malgré un taux de boisement faible de 13,5%, la région Hauts-de-France se distingue par une forêt essentiellement feuillue, de qualité, et par la production de bois précieux.

Les 4 essences feuillues principales sont le chêne, le hêtre, le peuplier et le frêne. Nos forêts produisent également des bois de qualité : merisier, érable, châtaignier, aulne, robinier, noyer, ...

La forêt régionale, à l'image de la forêt française, grandit chaque année, et ce grâce à des plans de reboisement et à une gestion durable des surfaces. 

Les entreprises de première transformation du bois sont plus nombreuses dans le sud de la région (territoire de Picardie) et celles de deuxième transformation du bois au nord (territoire du Nord - Pas de Calais).

Cette complémentarité trouve tout son intérêt dans le développement de filières courtes, locales et pérennes que les acteurs et professionnels de la filière souhaitent développer dans le cadre du contrat de filière signé par les deux régions. Une filière qui regroupe de nombreux métiers... 

 

Les acteurs de la filière forêt bois

La filière forêt bois est composée de "maillons" qui gèrent, exploitent, transforment, valorisent le matériau bois :

schema filiere bois 2008

  • Les propriétaires forestiers qui gèrent, entretiennent la forêt qui produit la matière première.
  • Les entreprises de première transformation du bois, les exploitants forestiers, les entrepreneurs de travaux forestiers, scieurs, qui vont mobiliser le bois, le sortir de forêt et le transformer en scierie pour proposer des plots, planches, poutres... aux entreprises de deuxième transformation du bois.
  • Les entreprises de deuxième transformation du bois qui vont fabriquer un produit fini : menuiserie intérieure ou extérieure, charpente, ossature bois, meubles...

 

La filière en images

Première transformation

Zoom sur la scierie Verstraete et sur la scierie Schouleur

 

Seconde transformation

Zoom sur l'activité de fabrication de menuiserie - Ribeiro

 

La mise en œuvre du bois

Les usages du bois, avantages, types de réalisations

 

Filières courtes et bois locaux

Le principe de filière courte, application vernaculaires (aulne Maison de retraite à Trélon + Maison du Bois des 7 vallées)

 

Bois énergie

L'origine de la ressource, les types de chaufferies, la qualité du combustible + Zoom sur l'activité de la Rainevilloise (bois bûche certifié)

 

Bois et emballage

 

Emballage leger

 

Les emballages en bois sont fabriqués à partir de peuplier scié et déroulé. Les grumes, une fois écorcées, sont tronçonnées afin de séparer le pied qui va être scié du reste qui va être déroulé. Le sciage permet de réaliser les tasseaux qui consolideront les angles des emballages. Les cotés, fonds et bouts sont constitués des lattes provenant du déroulage.

 

deroulage-feuilles-peuplier-leroy

L'assemblage permet ensuite de façonner des cagettes ou cageots pour les fruits et légumes, des moules, des barquettes ou des cercles en bois pour la boulangerie/pâtisserie et le beurre, des paniers ou bourriches pour les huîtres ou encore des caisses bois ou barquettes pour les fromages. Apprécié pour la promotion des produits des terroirs, l'emballage léger est de plus en plus valorisé pour des produits haut de gamme ou des coffrets cadeaux. 

Toutes ces applications sont possibles grâce aux nombreuses qualités du bois de peuplier : solidité, légèreté, facilité de mise en œuvre, adaptabilité, résistance à l'eau, régulation thermique et hygrométrique et capacité au contact alimentaire.

 

La vidéo ci-dessous présente le processus de fabrication, les qualités et les applications de l'emballage léger :

 

Au-delà de la qualité naturelle du bois, les fabricants d'emballage léger sont engagés dans une démarche de gestion durable et utilisent des bois issues de peupleraies certifiées PEFC. De plus, 100% de la matière entrante est transformée par les entreprises. Tout ce qui n'est pas utilisé pour la fabrication de l'emballage (écorces, sciures, chutes, etc.) est valorisé sous forme de connexes pour le bois énergie, la pâte à papier, les panneaux ou le paillage agricole. En fin de vie, les emballages peuvent également être récupérés et broyés pour les mêmes utilisations.

 

Plus d'informations sur : www.emballage-leger-bois.fr

 

Le consortium EMABOIS

Trois syndicats professionnels le SIEL, le SYPAL (palettes et reconditionneurs) et le SEILA (caisses et logistiques associées) ont exprimé leur intérêt pour bâtir un Pôle industriel des emballages légers, palettes et caisses bois, susceptible de renforcer leurs démarches sur le sujet du contact alimentaire.

L’année 2010 a vu la création d’un consortium qui associe les compétences de trois écoles d’ingénieurs : Ecole Supérieure du Bois, ESIReims et ONIRIS, de 2 instituts techniques : ACTALIA et FCBA, de l’interprofession France Bois Foret et du réseau Européen S.I.E.L.-GROW. 

Le thème du consortium est la maîtrise sanitaire et les bénéfices sensoriels de l’utilisation des emballages légers, palettes et caisses industrielles en Bois lors du stockage et de la conservation des produits alimentaires.

Le Consortium EMABois valorise l’utilisation du bois dans l’agroalimentaire en communiquant (presse, colloques scientifiques, formation de l’enseignement supérieur…), en rédigeant un guide s’apparentant au guide de bonnes pratiques, et en soutenant des études scientifiques. Ces travaux ont pour objectif de développer des méthodes d’analyse afin d’identifier et quantifier les migrations chimiques, microbiologiques, et organoleptiques entre supports en bois et matrices alimentaires. Et ce, à des fins d’autocontrôles et d’expertise pour la filière emballage bois. 

Bois et développement durable

BOIS ET DEVELOPPEMENT DURABLE

Faisant suite à la Loi sur l’air (déc. 96), l’Accord Cadre Bois-Construction-Environnement (mars 2001) a reconnu le caractère prioritaire qui s'attache au développement de l'usage du bois dans la construction  :

  • Le bois est un matériau renouvelable
  • Le bois consomme peu d'énergie pour sa production et sa transformation industrielle
  • Le bois contribue à la réduction de l'effet de serre en stockant durablement dans les constructions le gaz carbonique absorbé par la forêt
  • Le bois et la forêt contribuent à l'équilibre économique et paysager du territoire, du fait de la sylviculture et des activités qui en découlent

 

Le choix d'intégrer en amont un bureau d'études bois est lié à la démarche de qualité environnementale. En effet, outre le fait que le matériau bois est un matériau bio sourcé et renouvelable, son utilisation en structure, voire en revêtements divers, permet  :

  • L’utilisation de bois issus de forêts gérées durablement (FSC ou PEFC)
  • De favoriser un chantier propre et sûr
  • Une préfabrication poussée diminuant les délais de chantier
  • D'améliorer les performances thermiques du bâtiment
  • D’apporter une solution constructive à faible énergie grise (quantité d'énergie nécessaire lors du cycle de vie d'un matériau)
  • De développer l’utilisation de matériaux bio sourcés

 

GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT

En décembre 1996, le Parlement votait la Loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie. L'un de ses articles (21-5) soulignait l’importance du bois dans la construction, car c'est l’un des seuls matériaux de construction courant qui ne génère pas de gaz à effet de serre (solde neutre d’émission de CO²).

En octobre 2007 a débuté le Grenelle de l'Environnement visant à prendre des décisions à long terme en matière d'environnement et de développement durable, avec pour objectifs :

  • Réduction des Gaz à Effet de Serre : en 2050, division par 4 par rapport à 1990
  • Réduction de la consommation énergétique de l’ensemble des bâtiments de 38% avant 2020
  •  Rénovation énergétique :
        • secteur résidentiel : 500 000 rénovations lourdes par an d’ici à 2017
        •  secteur tertiaire : obligation de rénovation du parc tertiaire public et privé avant 2020
  • Construction de bâtiments neufs : niveau bâtiment à énergie positive (BEPOS) en 2020
  • Développement des énergie renouvelables : objectif de production fixé à 23% en 2020

 

Lancé en janvier 2009, le Plan Bâtiment Durable a fédéré un large réseau d’acteurs du bâtiment autour d’une mission commune : favoriser la mise en œuvre des objectifs d’efficacité énergétique et de faible impact environnemental.

 

Site Grenelle de l'environnement

 

grenelle

Acteurs de la filière nationale

La filière forêt bois nationale est composée d'une multitude d'acteurs oeuvrant pour son développement :

  • Les interprofessions
  • Les administrations et établissements publics
  • Les organisations professionnelles de branche et assimilés
  • Les  organismes techniques, de communication, de promotion, d'export
  • Les organismes certificateurs
  • Les établissements de formation et de recherche

 

Consultez la présentation de l'ensemble des acteurs de la filière forêt bois nationale en cliquant ici.

 

Parmi les acteurs nationaux, on peut citer :

France Bois Régions (FBR)

France-Bois-Regions-logo

France Bois Régions regroupe et fédère les 22 interprofessions régionales ou départementale de la filière forêt bois française. Elle a pour objectif :

  • Le développement économique, social et environnemental de la filière
  • La mutualisation et la mise en synergie des moyens humains entre les régions
  • L'harmonisation des actions interprofessionnelles dans le cadre d'une stratégie nationale. 

Site internet : www.franceboisregions.fr

 

France Bois Forêt (FBF)

France-Bois-Foret-logoL’Interprofession nationale filière forêt bois a été créée le 8 décembre 2004 sous l’égide du Ministère de l’Agriculture en charge des forêts. Depuis, France Bois Forêt, aux côtés des professionnels de la filière, cofinance, grâce la Contribution Volontaire Obligatoire dite « CVO », des actions collectives de promotion, de progrès techniques, d’éducation à l’environnement, de mise à disposition de données statistiques, de recherche et développement,  encourage l’innovation et l’export de produits transformés.

Aujourd’hui, 20 organisations professionnelles représentatives composent l’interprofession nationale. FBF regroupe les propriétaires et gestionnaires forestiers publics et privés, les experts forestiers de France,  les entrepreneurs de travaux forestiers, les pépiniéristes, grainiers et reboiseurs, les professionnels de la première transformation et une partie de la seconde transformation du bois : récolte, scierie, rabotage, parquet massif et l’emballage en bois caisses palettes et emballages légers.

Site internet : www.franceboisforet.fr

 

CODIFAB

codifabLe CODIFAB, devenu Comité Professionnel de Développement Economique par décret en conseil d’Etat en 2009, a été créé à la demande des professions de l’ameublement et de la seconde transformation du bois : CAPEB, FIBC, UFC, UFME, UIPP, UMB-FFB, UNAMA, UNIFA.

Le CODIFAB a pour mission de conduire et financer des actions collectives dans le respect de la réglementation européenne et dans le cadre des missions mentionnées à l’article 2 de la loi du 22 Juin 1978 ; ceci par le produit d'une taxe fiscale affectée, créée par l’article 71 de la loi de finances rectificative pour 2003 du 30 décembre 2003 (modifiée), et dont il assure la collecte.

Site internet : www.codifab.fr

 

Office National des Forêts (ONF)

ONF logo

Au service de la société, l'Office prépare avec ses partenaires la forêt et les espaces naturels de demain et agit pour qu'ils participent activement à la résolution des grands enjeux du développement durable : lutte contre les effets du changement climatique, développement des énergies renouvelables, conservation de la biodiversité, qualité de l'eau, prévention contre les risques naturels... tout en assurant au meilleur niveau la fonction essentielle de production de bois.  

Site internet : www.onf.fr

 

Centre National de la Propriété Forestière (CNPF)

CNPF

Le CNPF a une mission générale de développement, d’orientation de la gestion et d’amélioration de la production des forêts privées (art. L. 321-1 du code forestier). Dans ce cadre, le code forestier lui a confié trois missions particulières :

  • Orienter la gestion
  • Conseiller et former
  • Regrouper

Site internet : www.cnpf.fr

Contrat de Filière bois national

Le Comité Stratégique de la filière bois

Le 18 octobre 2013, Arnaud MONTEBOURG, Ministre du Redressement Productif, et Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, ont créé le Comité Stratégique de la filière bois.

La vice-présidence de ce Comité a été confiée à Luc CHARMASSON, industriel à la tête d’entreprises de charpentes et de structures en bois, président du groupe GIPEN, président de l’Union des Industries du Bois (UIB), président de France Bois Industries Entreprises (FBIE) et vice-président du CODIFAB.

Les travaux du CSF Bois visent le développement de la filière industrielle, le renforcement de sa compétitivité, la création d’emplois en France, ainsi que la valorisation de la ressource forestière française en optimisant les utilisations.

 

Le CSF Bois contribue notamment à l'élaboration d'une politique de filière répondant aux principaux enjeux suivants :

  • Construire une vision stratégique nationale interministérielle et interprofessionnelle ;
  • Valoriser la ressource française du bois sur tous les marchés du futur ;
  • Développer la construction qui est le 1er débouché immédiat ;
  • Rétablir la continuité de la chaîne de valeur de la production française de la ressource au produit transformé.

 

Le CSF Bois procéde à :

  • Une réflexion stratégique sur la situation de la filière à partir des éléments de diagnostic existants, puis la définition d’objectifs ciblés sur les principaux enjeux, assortis d’indicateurs permettant d’en suivre la progression ;
  • L’élaboration d’un contrat de filière, dont le Plan National d’Action pour l’Avenir des industries de transformation du bois (PNAA), élaboré sur la base des rencontres régionales pour l’avenir de l’agroalimentaire et du bois, constitue une amorce, ciblant les principales priorités qu’il conviendra de décliner en un plan d’actions précis, portant l’engagement des professionnels et des pouvoirs publics. 

 

Le Contrat de Filière forêt bois national

Le premier contrat de filière forêt bois national a été signé le 16 décembre 2014. Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Sylvia Pinel, ministre du Logement et de l’Egalité des territoires et Alain Rousset, président de l’Association des Régions de France ont signé ce contrat avec les représentants professionnels de la filière.

Ce contrat intervient dans le cadre du Conseil National de l’Industrie, il tend à l’élaboration d’une politique de filière engageant les pouvoirs publics et les professionnels, à développer la filière industrielle en valorisant la ressource forestière  française.

 

Signature Contrat de filière national b13dbLes quatres défis du Contrat de Filière national : 

  • Piloter une stratégie globale interministérielle et interprofessionnelle
  • Etablir une synergie avec les développements régionaux
  • Sécuriser les approvisionnements en favorisant la contractualisation, en investissant dans la mobilisation et le reboisement et en optimisant la ressource
  • Etablir un nouveau plan « Bois Construction Rénovation Environnement » en faisant la promotion des qualités écologiques du bois, en soutenant la R&D (notamment sur le feuillu) et regroupements, formation, la promotion et la prescription.

 

Pour télécharger le Contrat de filière bois national, cliquez ici

Sous-catégories

Partager