En 2016 le Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale s’est engager avec d’autres partenaires de la filière bois-énergie dans l’AMI DYNAMIC-BOIS : « Côte, forêt et marais d’Opale » soutenu par l’ADEME dont le but est de mobiliser du bois supplémentaire pour alimenter les chaufferies bois-énergie sur le territoire et à proximité.

Une étude d’identification des ressources en bois-énergie non valorisées a donc été réalisée par FORESTRY Club de France et SETEC avec l’aide de l’ADEME et la Région Hauts-de-France. L’objectif de cette étude était de passer en revue toute les sources de matière ligneuse : haies bocagères, arbres têtards, milieux naturels, emprises de réseaux, forets publiques et privées, connexe de l’industrie du bois et déchetteries. Elle a permis de connaitre plus finement les vo-lumes et les conditions de mobilisation de chaque type de ressource et de pouvoir affirmer chiffres à l’appui qu’un gisement bois-énergie sur le PNR est encore disponible et mobilisable pour de futurs projets de chaufferie de petite ou de grande taille.

Les gisements significatifs sont :

  • Les 3 500 km de haies bocagères : 9 500 t/an. Ce gisement s’adresse plus particulièrement aux agriculteurs qui ont un patrimoine à entretenir et aux communes rurales qui en tirent bénéfice d’un point de vue paysager. La difficulté réside dans la faisabilité économique de la captation d’un gisement diffus et peu dense.
  • Les 12 560 ha de forêt privée : 8 100 t/an. Ce gisement est à mobiliser chez des propriétaires de petites surfaces qui doivent se regrouper pour exploiter leurs bois. Une animation en concerta-tion avec le CRPF sera nécessaire pour mobiliser ce gisement.
  • Les 7 650 ha de forêt publique : 5 000 t/an. Ce gisement est mobilisable par ONFE qui a besoin de débouchés locaux pour que cette exploitation soit économiquement faisable. Le développement de réseaux de chaleur urbains sur ou à proximité du PNR avec un critère d’approvisionnement lo-cal permettra de mobiliser cette ressource.
  • Les déchetteries : 5 000 t/an. La mobilisation de ce gisement, constitué de branchages issu des habitants, des communes et des professionnels des espaces verts, sera possible en mettant en place un tri spécifique de ces matières ligneuses aux points de collecte et des espaces de stock-age en vue de leur valorisation.
  • Les espaces naturels et les réseaux (canaux, lignes électriques, voies ferrées) : 2 100 t/an. Ce gi-sement est très ponctuel et diffus, il est détenu par des services et administrations qui n’ont pas vocation à faire commerce du bois sous forme de bois-bûche. Une animation spécifique permet-tra de capter ce gisement supplémentaire auprès de ces acteurs qui ont besoin d’être épaulés pour évacuer le bois rapidement lors des chantiers d’abattage et d’entretien.

Cette étude a été l’occasion à nouveau d’insister sur le fait que les différents gisements (à l’exception du gisement des déchèteries et de certains réseaux) sont actuellement déjà exploités pour le bois-bûche qui est un marché assez tendu sur une région peu boisée. Cela renforce la nécessité de continuer de créer ou de favoriser des nouvelles sources de production de bois (plantation sur les bords de canaux ou les délaissés, plantation de haies, entretien des haies con-duites en haie haute…) et des plantations conçues dans le but de faciliter une exploitation en filière plaquettes bois-énergie qui utilise des engins d’exploitation (déchiqueteuse, bennes…). Chaque hiver le PNR CMO contribue à la plan-tation de 30 000 à 50 000 arbres et arbustes sur son territoire.

Cette étude a été menée en parallèle de l’élaboration d’un Schéma de développement des énergies renouvelables sur le territoire du Parc qui s’est engagé depuis 2015 dans la démarche « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » (TEPCV), avec comme objectif de porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % en 2030.

Cette étude est disponible sur simple demande auprès de Paul BLAREL (animateur filière bois-énergie locale) à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Partager